L’insomnie, c’est quoi ?

Ce trouble d’éveil se manifeste soit quand on présente une difficulté à s’endormir à l’heure de coucher (insomnie initiale), soit lorsqu’on se réveille fréquemment la nuit de manière prolongé (pour plus de 30 minutes). Pratiquement, tout le monde peut souffrir de ce problème à une période ou une autre de sa vie. En effet, il existe des facteurs qui le déclenche. En avançant dans l’âge, notre cerveau vieilli et par conséquent il y a changement dans le fonctionnement de l’horloge biologique. Les femmes sont plus prédisposées à ce genre de problèmes alors que les hommes font face à d’autres troubles comme l’apnée de sommeil. L’hyperactivité mentale et physiologique est l’une des facteurs les plus rencontrés. Cet état d’agitation bouscule les pensées et agite le corps (battement cardiaque rapide, tension musculaire et élévation de la température corporelle). La prise de substances excitantes (la caféine et la nicotine) et de certains médicaments augmentent le risque d’insomnie.

Les différents types d’insomnie

Souffrir d’insomnie chronique ou psychophysiologique provoque la fatigue qui se traduit par un manque de concentration. La motivation ainsi diminuée, déclenche une difficulté à accomplir ce qui est habituellement une tâche simple. Des angoisses de performance pour le sommeil apparaissent (peur de se coucher). Une insomnie aigüe est généralement causée par un événement stressant et difficile (un décès ou une perte d’emploi). Usuellement, ce type d’insomnie disparaît au bout de trois moins selon les études de recherche. L’insomnie idiopathique, contrairement à l’insomnie psychophysiologique, n’est pas influencée par le stress. Cette affection rare, survient dés l’enfance.

La mauvaise hygiène de sommeil consiste à faire des activités qui vont stimuler l’hypervigilance comme les exercices physiques et la prise d’alcool ou de café. Ce type d’insomnie peut être causé par un environnement mal aéré ou chauds. Plusieurs maladies peuvent nuire à la qualité de sommeil. L’hyperthyroïdie et l’asthme par exemple, doivent être traités par un médecin afin de garder un sommeil tranquille. Les enfants aussi sont touchés par l’insomnie à cause des mauvaises habitudes enseignées par les parents.

Un bon sommeil, ça se prépare !

Une insomnie non traitée qui dure au delà d’une année met en avant des risques de dépressions chez la personne. Un tiers des français y souffre, pourtant il existe des remèdes naturelles. Pour assurer des nuits paisible, le mentale, impliqué à 80 % dans ce processus, doit contrôler ses émotions et ses idées par la gestion de stress (yoga, méditation, aromathérapie et exercices de respiration ventrale). On bannit toute source d’excitation dans la chambre particulièrement les ondes magnétiques des téléphones et des ordinateurs.

La phytothérapie, souvent banalisée, s’avèrent précieuse à l’heure de coucher. Les tisanes relaxantes à base de camomille, la mélisse, l’aubépine, la passiflore, la valériane et le lotier corniculé sont incontournables. Les huiles essentielles sont essentielles en cas d’insomnie telles que l’huile essentielle de lavande officinale, de Néroli, de marjolaine à coquille, de camomille et de basilic. Préparez votre mélange d’HE à la maison par l’ajout dans un flocon de 5 ml d’HE de Camomille romaine, 3 ml d’HE de Basilic tropicale ou exotique et 2ml d’HE de Petit grain bigarade. Déposez deux gouttes sur votre poignet avant de dormir et prenez le temps à bien respirer. Massez deux gouttes sur le plexus solaire et sous la voûte plantaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *